Au grenier des soupirs.


mis en musique et interprété par
Jean-Marie Djibedjian

Sa carte de visite


écoutez:
 



 

 


 

Au grenier des soupirs s’empilent de vieux rêves…
Plus le moindre horizon, plus la moindre rumeur,
Les toiles d’araignées à peine se soulèvent
D’un léger courant d’air sur ces choses qui meurent !

D’un geste délaissé l’on entrouvre un chemin
Dont même la raison a fui le souvenir,
Etait-ce ici ou là et quelle est cette main
Maladroite ou bohème et sans nul avenir ?

Au plus près de son cœur l’on n’entend plus personne ;
La grisaille des pluies aux yeux de l’espérance
A semé ses chagrins et  - tout bas – l’on frissonne
Aux regrets égarés qui peuplent cette errance !

Il y a la mémoire et ce qu’elle a jeté
Par delà tout ce temps qui ne veut plus rien dire ;
On écoute la vie, à demi hébété,
L’écho n’existe pas pour le moindre soupir !

Il y a l’impalpable aux doigts des plaies ouvertes,
Ces choses - qu’à présent -  l’on ne veut plus savoir
Et dans ce grenier-là les ombres se concertent…
Mais à l’ombre de tout que peut-on – encor - voir ?

Au grenier des soupirs où j’ai posé mon pas
Rien ne peut – désormais – rattraper mon retard !
Et je fuis, incertain, tout ce qui m’agrippa…
Les toiles d’araignées font songer qu’il est tard !

 

page 2

 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2007 Tous droits réservés par Alain Girard

 

 


 

Poésie mon amour     Poésie Mon Amour 2