Eh !



 








Eh ! Les murs sont si hauts,
Si piètres les amours
Qu’il n’est plus alentour
De mon songe-détour
Le galbe de ton dos !

J’épelais cette ivresse
Où tu dansais pour moi
D’un prodigieux émoi
Comme un cœur se larmoie
De perdre sa jeunesse !

Eh ! Rêves, le plaisir,
Songes, la nuit des temps
Où je sus, par instant,
Épouser les « pourtant »
De ton corps en désir !

J’entrouvrirai partout
Le goût de ta fissure
Où mon âme-blessure
En ton vœux se rassure
A l’instant des « surtout !»

Surtout n’oublies jamais
Ce baiser qui s’en vint
Sur tes lèvres, en vain,
Et qui me fut divin
Tellement je t’aimais !

Eh ! N’oublies pas mon nom,
Ma petite pensée,
Mes gestes insensés
Tout ce qui s’est passé
Quand l’amour nous dit : « Non ! »

Regardes l’autre nuit
Où j’ai rêvé ton corps
Parmi mes désaccords
Qui me disent encor :
 « Ici, elle s’ennuie ! »

Il me souvient d’hier
Follement à t’aimer
De gestes essaimés
En cette pluie semée
De ma tendre prière !

Eh ! N’oublies pas ma vie,
Dévêts l’absurdité
De cette liberté
Qui nous fut écomptée
…Éveille nos envies !

 

 


 

vous écoutez: Méditation de Jules MASSENET


 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2007 Tous droits réservés par Alain Girard

 


 


 

 

Poésie mon amour