Poésie et Peinture

 

Je suis heureux de vous présenter ici des Textes inspirés par
La Peinture de Éliane Marque


http://eliane64.artblog.fr/
 


L’Artiste.


à : Eliane Marque


après avoir vu ses Créations…


Le Tableau ici:


http://eliane64.artblog.fr/1148011/L-ARTISTE/
 

L'Artiste

Et Le temps pour créer, comme au temps pour connaître
Un geste, une passion, celui de découvrir
Autant l’enfant d’hier que celui qui va naître
Et le mélodi/eux des beautés que l’on gomme
A ne savoir pourquoi, entre la Femme et l’Homme,
Il n’y aurait que maux et si peu de plaisir !

Le vent du Nord poudroie des couleurs à la toile
A toutes Créations La Nature se plie
Comme un regard caché celui qui le dévoile
Et la verve aux couleurs, aux tracés se dépose
Avec infiniment, du parfum, cette rose
Au soleil innomée que réveille la pluie !

C’est presque en ignorant que vit la Création
Comme au surfait de l’âme à sa rive l’étrange
Un peu d’indéfini comme aux révolutions
L’on voudrait qu’une étoile éclaira la douceur
Et que, par la Beauté, l’on apprit l’âme sœur
C’est presque en ignorant qu’on découvre les anges !

De l’Homme qui aboie pour son geste enterré,
Quand l’Artiste n’oublie son regard sur le monde
De la Femme meurtrie qui ne sait plus qu’errer
A l’Enfant éconduit par des bombes sans trêve
Et le peuple qui va mais jamais ne se lève
Il est l’Artiste en Nous, celui qui dit l’immonde !

L’Artiste qui a froid mais jamais ne se lasse
Et reprend son pinceau, ses couleurs, sa lumière
Avec infiniment d’espoir que ne trépasse
Et cette Création comme un écho sublime
A ces choses partout, partout que l’on abîme
Où l’Artiste – jamais – ne sera éphémère !

Copyright.
Tous Droits Réservés.

Le 29 07 2012
 


Se cacher…




sur La Peinture de Éliane Marque


La Lettre



Le Tableau ici:



http://eliane64.artblog.fr/595752/LA-LETTRE/
 

Se cacher…

sur La Peinture d’Éliane Marque

La Lettre.



Je t’écris cette lettre embaumée de mon âme !
La l’iras-tu jamais dans l’antre de tes vœux ?
C’est comme si vouloir était ce que tu veux…
Comme un baiser, la nuit, comme la nuit s’enflamme !

Il fait triste chez moi. Les fenêtres sont closes !
Je t’imagine nue sur le lit des beautés
Comme une poésie qui serait effrontée,
Je t’imagine à moi comme, en moi, toute éclose !

Je pense tes seins nus. La nuit chante partout
Et viendra le matin qui dira ma déroute
Un sanglot, un violon qui sèment sur la route
Une ombre et puis ces mots, comme à toi, n’importe où !

Le tendre de la vie jette au cœur son parfum,
C’est une mélodie, sous mes doigts la guitare
Étourdie de ton corps à mon corps ! Il est tard !
Le tendre de la vie : T’aimer, T’aimer sans fin !

Je glisse, en tes secrets, de femme, mon baiser,
Ma lèvre à ton ivresse, à ta source ma pluie
Comme un ciel, au soleil, comme un soleil qui luit
Sur ton corps de mon corps à jamais apaisé !

Il n’y a plus, je crois, que ma main sur ta vie !
Cette lettre brouillée de mon désir d’amant!
Puisse, sur tes seins nus, imperceptiblement,
Mon amour se cacher, se cacher nos envies !


3 08 2012

Copyright. Tous Droits Réservés.
 


Le violoncelle.


sur la toile de Éliane Marque


Le Tableau ici:



http://eliane64.artblog.fr/1147983/Un-petit-extrait/
 

Le violoncelle.

Du violoncelle naît la gravité, l’extase
Et son corps de bois doux à la poitrine met
La vibration des pleurs comme celle des phrases
Comme un rêve profond au profond qui s’embrase
A l’autre bout du temps que le temps ne commet !

Je connus son regard à mes doigts maladroits
Comme un profond silence entre deux doubles croches
Comme la Poésie le violoncelle en croix
Pourfend tous les soleils comme aux choses qu’on croit
Comme à chacun la vie par la vie nous accroche !

Il m’éblouit un jour de jeunesse posée
Sur mes rêves d’enfant que l’enfant ne connut
Son archet à ma main timidement osé
Parmi les mots écrits de certaines rosées
Chanta des concertos, tout petits, méconnus !

Plus profond qu’en son corps les sons profonds, leur vie
Le su/ave, l’étrange à mon Être li/é
Comme l’on se retrouve à l’endroit d’une envie
Comme l’on entendrait aux rives d’un parvis
Le violoncelle immense de Monsieur Tortelier !*


Le 4 08 2012

Copyright. Tous Droits Réservés.

* Paul Tortelier, seul violoncelliste, invité par Rostropovitch

 


 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2012 Tous droits réservés par Alain Girard

 


 


 


Poésie Mon Amour