à Jacqueline




 

Je T’aime

à Jacqueline


La nuit m’a tant parlé de toi
Comme un sourire au bord des yeux
Comme le songe d’être vieux
Comme si l’aube sous les cieux
N’avait de toit !

L’hiver a fini son chemin
Tout s’éveille au printemps chanté
Comme une immense liberté
Sur la route où s’en vient l’été
Pour une main !

Une main qui fredonne un rêve
Et sa musique et son parfum
Ces choses qui n’ont pas de fin
Et dont renaît le cœur enfin
Comme la sève

Aux arbres meurtris par le temps
Comme un bonheur étroit, glacé
Qui s’évoque même insensé
Sur le parcours de nos pensées
Mais dont l’instant

N’est autre que mésaventure
Et la chanson du troubadour
S’égraine au vent des alentours
Comme une beauté son amour
Son Écriture !

La nuit me parle tant d’aimer
Lorsque j’entrevois ton regard
Et que c’est de lui que s’égare
Un petit rien, le monde hagard
Ainsi semé 

Par la tendresse où il fait froid
Comme le froid même au soleil
Ne quitte le corps et pareil
Un rêve qui reste en sommeil
Comme une croix

Par le chemin de mes pieds nus
Dessiné d’ombres en voyage
Où la vie ne dit plus mon âge
Où j’ai déposé mon bagage
Auprès des nues

Par cela, par cette nuit même
Et demain son matin morose
A peine entrevu d’une rose
A ces choses que chacun pose

… Je T’aime !



Alain Girard

Le 3 06 2012

Copyright. Tous droits réservés.



 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2012 Tous droits réservés par Alain Girard




 

Poésie mon amour              Poésie Mon Amour 2