Les " je t'aime"

 

 


 

 



Rien…
Le ciel regarde au loin son possible horizon
Peint
Des verves bivouaquées au pourtour des saisons ;
Tiens
Je t’offre l’arc-en-ciel et sa divine errance
Lien
De l’amour éreinté de ses propres souffrances
Grain
Qu’on sème ici et là au détour d’un regard
Craint
Comme l’on se surprend ou comme l’on s’égare !
Train
Qui mène vers la vie, l’étrange ou l’indécis
Teint
De douleurs et de cris comme à ce pas précis
Vain
quel que soit le soleil aux orages larvés
Plein
Des pleurs où, par saison, l’oubli va s’abreuver
D’un
Présage à l’ornière et même à l’entendu
Qu’un
Secret négocié, au gibet, s’est pendu
Feint
A l’outrage du temps qui bégaie ses blasphèmes…
Clin
D’œil au bord du vent qui porte les « je t’aime ».



 

 

Poésie mon Amour

 

Vous écoutez: Prélude de: Santiago de Murcia

 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2005 Tous droits réservés par Alain Girard