Le gant est de velours




La vie nous dit toujours :
 « accroche-toi à moi,
sur le bateau des jours
vogue, vogue l’émoi ! »

La vie nous considère
du haut de ses valeurs
et si l’on n’y adhère
ne restent que les pleurs.

Du léger au plus lourd
les fardeaux farandolent,
le gant est de velours
mais la main une idole !

Le ciel baisse les yeux
aux transes des destins
qui ne voient dans les cieux
que de piteux matins,

et l’esquif infaillible
heurte les voies du temps,
autant que ce terrible
et fatidique instant

répété, ça et là,
aux lumières brouillées
dont la vie, au-delà
de nous, est dépouillée,

autant qu’il pleut sur l’or
des raisons de survivre
et qu’ainsi l’on déplore
d’écrire encor ce livre.

 

Poésie Mon Amour                                                                                    page 2