La haine.

 

 

 

 


Pour le monde épleuré de vos contradictions
Lorsque l’homme indigent s’étouffe de ses peines
Ainsi que vous n’ayez de goût à l’affliction…
Moi, j’ai la haine !

Pour le deuil et les deuils des deuils éconduits
Lorsque l’homme, en ces jours, se mutile et s’égraine
Ainsi que vous songez hier comme aujourd’hui…
Moi, j’ai la haine !

Pour le doute effleuré lorsque votre silence,
Lorsque vos pauvretés ne sont que vos migraines
Ainsi que vous taisiez toute chose qui pense…
Moi, j’ai la haine !

Pour cet adolescent qui ne regarde rien,
Là où vous commettez vos vies en vos rengaines
Ainsi qu’il ne sait plus et le mal et le bien…
Moi, j’ai la haine !

Pour vos pauvres saisons éconduites du temps
Lorsque vous ne cherchez que soleil aux déveines
Ainsi que vous puissiez jouir de chaque instant…
Moi, j’ai la haine !

Pour moi, pour Celui-ci, pour Celle qui en meurt
Lorsque vous n’êtes rien au vent qui se surmène
Ainsi qu’en vos instincts toute chose demeure…
Moi, j’ai la haine !

Pour le petit enfant, sa mère et la vie brève
Lorsque vous ne songez qu’à vos propres semaines
Ainsi qu’on vous l’a dit : Vivez la vie… tout crève…
Moi, j’ai la haine !

Et pour tous les détours des Êtres que tout ploie
Lorsque vous ne voyez de sursis à la peine
Ainsi qu’en vos esprits il n’est rien que des lois…
Moi, j’ai la haine !


 

 

Poésie Mon Amour

 

vous écoutez: Otono Porteno de: Astor Piazzola

 

 

 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2005 Tous droits réservés par Alain Girard