Que des vers nostalgiques !


 






Alors je n’écris plus… La vie tourne les pages
Si vite ces temps-ci que mes mots sont en cage,
Que mon petit espoir de grande floraison
S’effeuillette un peu plus au vouloir des saisons.

Le jour descend déjà et je ne sais vraiment
Si l’amour, quelque part, a comblé des amants,
Ni ce sourire, là, de l’enfant qui écoute
Le chant du rouge-gorge au détour de sa route.

J’essayais, par les mots, de peindre des lumières,
Colorer le papier mais… Tout est éphémère
Et sur le long silence éreinté des blessures,
Lorsque ni la mémoire, ni le cœur rassurent

Le geste qui convient pour le mot s’effaçant
Sur l’écritoire aveugle où je reste un passant,
Lorsque la feuille blanche en l’au-delà s’envole
Je n’ai pas eu le temps d’écrire mes paroles.

La vie tourne la page où je n’ai pas écrit
Et mon ombre dans l’ombre de milliers de cris
S’estompe, peu à peu, vainement chimérique,
Alors je n’écris plus… Que des vers nostalgiques.


 

vous écoutez:Romanza sin Palabra Op.52 n°2 de Felix Mendelssohn

 

Poésie Mon Amour