La nuit s’étendit sur les pâturages
.



 

                          Il faisait frais. L’automne pointait son nez couvert de taches de rousseurs. Dans les pâturages verdoyants, les bêtes se faisaient plus rares. La traite avait lieu au point du jour où la rosée semait, sur les vallons, ses gouttelettes roses et tendres. Les fermes s’éclairaient plus tôt au sombre de leur fenêtres étroites.

                      Du chemin méandreux qu’ils connaissaient si bien, ils revenaient d’ailleurs. La journée leur avait offert tous ces parfums exquis de la campagne humide, tous ces petits lieux de paix, la marre à grenouilles, le sentier qui fuit dans les bois, les fougères hautes comme de jeunes sapins qui pointent vers le ciel l’attache d’une étoile. Elle leur avait donné, au vert secret d’une prairie, l’instant de s ‘aimer.

                      Tout s’estompait. Tout, mais pas eux. Le silence égayé des derniers grillons du soir les accompagnait jusqu’à leur « sans retour. » Ils savaient le dernier vole du milan, sa dernière ronde au-dessus des troupeaux de moutons, le poulailler que l’on referme, le père Bonnefoie, près de la pendule dans sa cuisine, veillant à la tombée de la nuit. Ils savaient que leur amour avait été intense, qu’ils n’en voulaient rien savoir d’autre, que - ce soir - ils s’envoleraient et qu’au ciel d’automne quand tout est en paix l’on peut rendre l’amour éternel.

 
                       La nuit s’étendit sur les pâturages. Le milan dormait quelque part ailleurs. La forêt restait songeuse. Le père Bonnefoie souffla sa bougie, la nuit se fit.

                       Le coq chanta dès la première lueur de l’automne au nez couvert de taches de rousseurs. Le village s’éveillait. Par les fenêtres étroites quelques clartés, furtives encore, dessinaient des espoirs à l’obscur.

                       Il ne sentit pas la chaleur de sa main, la sienne avait déjà les frissons du départ. Elle n’ouvrit pas les yeux quand éclata, dans la paix de cette campagne exquise, le coup de feu qui les rendit immortels.
 





 


Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2007 Tous droits réservés par Alain Girard

 


 


 

 

 Poésie mon amour                   Poésie Mon Amour 2