La pluie de mes secrets

 




Dans le doux crépuscule en abandon, secret,
lorsque aux teintes pourprées l’horizon en regret
échappe, ici et là, quelques bribes des cieux
comme des feux follets qu’auraient allumés Dieu,

lorsque implore, à genoux, la nature en lumière,
qu’à peine l’entendant, en sa beauté première,
du ciel, en son abri, Dieu fait lever le jour,
il semble que la vie soit colorée d’amour.

Et par delà le rêve, et par delà l’oubli,
devant l’immensité des cieux que tout supplie
de garder à la terre ces poudreuses couleurs
je ne sais retenir, à mes yeux, quelques pleurs.

Je vais aller là-bas m’asseoir sur un nuage,
à l’autre bout du temps où la vie est sans âge,
et dans l’éternité des matins qui se lèvent
respirer, respirer, de l’amour, toutes sèves.

Si vous sentez, à l’heure des métamorphoses,
quelques perles de joie aux corolles des roses
un matin plus qu’un autre, en vos jardins discrets,
se seront, de mes cieux, la pluie de mes secrets.


 

vous écoutez El Nino de
Antonio LAURO (1917-1986)


Poésie Mon Amour           des vers en vrac          de nouveaux textes régulièrement