Pour cette « Aile » à aimer !

 

 

 





Elle songeait l’amour de bien tendres douceurs,
Son regard eut au mien quelques plaies, quelques deuils,
Mais je ne m’y tiens pas ! Elle veille à mon seuil
Chaque fois que – pensant – nos âmes se font sœurs !

Je crie la mort du loup
Comme un loup affamé
Qui recherche l’igloo
Pour cette « Elle » à aimer !

Je sentais son intime et merveilleux voyage
En sa main tendrement comme un cœur égaré
Qui racontait – souvent – ce qui la fit errer,
Ces choses d’ici-bas qui martèlent nos âges !

Je crie la mort du loup
Comme un loup affamé
Qui recherche l’igloo
Pour cette « Elle » à aimer !

Il y eut un orage où je la su heureuse,
Un passage du temps et les yeux dans les yeux
Dont on renait plus tard - peut-être un peu trop vieux -
Un moment de la vie qui se croit merveilleuse !

Je crie la mort du loup
Comme un loup affamé
Qui recherche l’igloo
Pour cette « Elle » à aimer !

Il me souvient encor de sa fuite et pourtant
Les gestes de l’amour, par son amour, donnés
Sur ma vie, sur mon âme à jamais étonnées
De ce bonheur d’hier ébloui dans le temps

Hurlent la mort du loup
Comme un loup affamé
Qui recherche l’igloo
Pour cette « Aile » à aimer !






Le 13 janvier 2010

 

 
 
                                 Poésie mon amour      Poésie Mon Amour 2