Le vautour !


 

 

à Jean-Louis Vallois


 

Il s’était fait discret quelques mois, quelques temps ;
J’en avais oublié que c’était un vautour !
La vie, même un peu rude, offrait de beaux instants,
Mais c’était sans compter, de « l’Ami », le retour !

 « L’Ami » qui, d’un grand pas, cherche partout la Femme
Et sait, de sa faiblesse, extraire l’usufruit !
Pour atteindre son but il eut vendu son âme !
Ou, pour lui, tout avoir, il aurait tout détruit !

C’est «  l’Ami » de chacune et de toutes ensemble ;
Il ne renonce à rien, il attend, il médite !
Les mornes horizons, a son regard, ressemblent…
Mais à chacune il dit : Oh maintenant et vite !

Je l’avais oublié et me sentais paisible,
Confiant en la vie, presque heureux d’exister ;
Sournoisement parlant, c’est – à ses yeux – risible
Et le vautour encor s’en revient me hanter !



Le 29 04 2008



 

Les textes présents sur ce site restent la propriété exclusive de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être copiés, même partiellement, ni faire l'objet de transaction à but mercantile, selon les lois de propriétés d'auteur en vigueur (articles L. 335.2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.)

© Copyright 2002 ~ 2008 Tous droits réservés par Alain Girard

 

 


 

 

Poésie mon amour              Poésie Mon Amour 2