Le temps s’écoule – passe
Et je n’avance pas
Toujours cette feuille sans trace
Destinée à mon « Papa »

Mes mains froissent ce papier
Où j’ai essayé de trouver
Les mots, sans jamais y arriver
Je reste seule avec mes pensées.

Je voudrais être de ces gens là
Pour qui écrire est un don,
Je voudrais être comme toi
Pour trouver l’inspiration

Mais les journées, les nuits passent
Sans une où je ne pense à toi
Et les mots s’inscrivent doucement sur le papier
Mais sans jamais les conserver

Faut-il que je te le dise tout simplement
Comme une enfant …

Juste un petit poème
Pour te dire : « Je t’aime … »

Sarah.
15 ans

 


(Juin 2000)
 




A Sarah


Je n'ai pas lu de si beaux vers
- de ceux qui me vont droit au coeur -
que les tiens, là, dans mon hiver
où tu viens semer quelques fleurs;

et leur parfum partout inonde
mes rêves, mes goûts, mes silences,
c'est le sourire de la Joconde,
l'étoile dans la nuit qui danse.

Que tes jours et tes nuits soient frais
comme tes vers, ton écriture
que je vais apprendre en secret,
 me les dire dans un murmure,

tu es déjà ma guitariste
avec tes sons pleins de promesses
et, là, vraiment... je ne résiste
à saluer la poétesse.

Donne-moi d'autres vers à lire,
c'est le plus beau cadeau qui soit
pour moi, qui te voyait grandir
sans imaginer tout cela,

tes vers qui me vont droit au coeur
et me boul'versent, c'est ainsi,
ton papa aussi, là, t'effleure
juste d'un mot... un mot... Merci.

 

vous écoutez Sarabande, thème et deux variations
pour trois guitares de
Georg Friedrich HÄNDEL

  

Poésie Mon Amour